L'actualité des frappadingues célèbres
L'actualité des frappadingues célèbres.

Le secret de Pascal l'Extraterrestre enfin dévoilés !

On se doutait bien que c'était anormal, tant de kilomètres et aucune ampoule au dargif, tant d'heures passées sur le vélo et aucune fatigue apparente. Quel est donc la clé du mystère qui plane autour de Pascal G. ?
Les Frappadingues ont tout essayé pour découvrir à son insu quel était le secret de l'Extraterrestre.

Ainsi, lors du dernier tour de France, Pascal G. est le seul qui ait survécu à l'ascension du terrible col du Fémur (1664 m), tous les autres ayant jeté l'éponge bien avant l'arrivée de l'étape. On le voit d'ailleurs (photo ci-contre) semble-t-il en pleine forme, comme si de rien n'était, en train de faire sa méditation zen du soir, alors que tous les autres coureurs, épuisés, sont avachis au bord de la route.

Une possible explication à cette étonnante résistance nous est fournie par ce le cliché ci-contre. En effet, nous voyons ici Pascal G. en train de harceler le vendeur de chez Cycles Jacky afin que ce dernier lui répare pour la énième fois son guidon, prématurément usé par la force inhabituelle de son utilisateur.
Mais sur cette photographie on aperçoit des bar-ends d'une nature bien particulière qui nous permettent d'affirmer que Pascal G. cache quelque chose à l'intérieur de son guidon, et que c'est ce quelque chose qui lui donne tant d'aisance à vélo.

En y regardant de plus près, on découvre alors qu'il s'agit d'un cormoran apprivoisé qui s'y cache. Ainsi, lorsqu'il peine, l'oiseau sort de sa cachette, et, discrètement, tire notre ami, tel le husky moyen.
C'est pas très très réglo comme méthode, Monsieur pascal G., hein ? !

Enfin, c'est toujours mieux que le pého qui remplace de plus en plus la bière dans les camelback du peloton. Triste monde dans lequel nous vivons, où le sport se voit progressivement remplacé par la technologie.

Thibault : Et soudain le PBN tourne au cauchemar...

Une sortie qui aurait pu tourner à la tragédie sans le sang-froid de Jeff et de TazMan...
Mais, commençons par le début.

Tout semblait réuni pour un PBN de toute beauté, en ce soir du 3 janvier . Rendez-vous sous la tour Eiffel (voir photo en haut) où l'on profite d'une petite brise pour faire sécher les cuissards trempés par la sueur.

Le départ est vite donné, et tout se déroule selon les plans habituels, chacun pourrissant l'autre comme c'est la coutume.
Et puis, un gué à franchir sur la Seine. Les Frappadingues s'approchent du bord pour évaluer la profondeur et la nature du fond. On voit sur notre cliché que cela ne paraît pas bien méchant, car même les poissons rouges ont pied.

Et puis, c'est l'incident bête, Thib', s'écarte du passage repéré, et là tout va très vite, le sol semble se dérober sous ses pieds, le niveau de l'eau monte, malgré son cadre en liege jaune, Thib' ne peut rien faire et disparaît dans un trou.

Prévenus par un dauphin (photo ci-dessus) (NDLR. Ce serait plutôt un marsoin, mais on n'est pas à ça près),
N'écoutant que leur courage, Jeff et Taz'Man se jettent sans attendre au secours de Thibault dans les eaux saumâtres, au milieu des détritus.
En quelques instant, notre Thib' est tiré de ce mauvais pas et ramené sur la berge.

Un médecin, qui se trouvait là au hasard d'une promenade, en profite pour lui prêter son masque à oxygène personnel. Son diagnostic est clair : "Il s'en sortira à condition d'utiliser un vélo avec un vrai cadre rigide et pas en chuinegomme. A la rigueur, son prochain cadre pourra être jaune, mais je ne le lui recommande pas, c'est une couleur qui va mal avec le glauque de ses beau yeux".

Enfin, tout est bien qui finit bien et nos amis s'en sont finalement plutôt bien sorti.

Conception / Réalisation / Rédaction : Hervé Klein
Aide à la mise en page : Serge Hartmann

© 1997 © 2002 Les Frappadingues