La page de Gilles

Vive les 2 roues

Je suis né pour me balader sur deux roues ... que ce soit dans la cour chez mes parents quand j'étais enfant (je passais mes journées à tourner en rond), puis sur route quand j'étais ado, avec mon superbe vélo avec cadre sur mesure et monté de mes petites mains, sur route toujours avec mes mobs avec lesquelles je prenais quelques racourcis (j'ai cassé deux fois le cadre de ma 104 à force de faire des sauts avec), sur terre avec ma première moto (une 240 KTM enduro, bien raide et super pointue), mixte avec ma 600XLR (aaaaahhh la plage du Touquet à 140) ...

Mon premier VTT

Avec tout cet histoire, il était évident qu'un jour je poserai mes fesses sur un VTT (d'ailleurs je me souviens avoir fait du tout terrain avec mon vélo de route lors d'une rando pédestre organisée par un club cyclotourisme, sur de beaux chemins en forêt); c'était donc à mon retour du service national, passé à mettre à notre niveau le staff de l'Université de Stanford (ouiap ils sont un peu léger en culture informatique la-bas :-), de retour à Thomson que je me suis inscrit pour la première fois à un week-end VTT. Très vite attiré par ces drôles de vélos pesant deux tonnes et résistant quasiment à tous les mauvais traitements que nous leur infligions pendant nos sorties (j'ai vu un mec plier l'arrière d'un cadre d'un vélo de loc en appuyant un peu fort sur les pédales alors que ca roue était coincée dans une ornière), je me suis mis à lire la presse spécialisée et j'ai rapidement acheté une monture de meilleure qualité que le matériel de loc, un Lapierre Meije (que j'ai toujours).

Le début d'une passion

Je suis devenu membre de la comission VTT de mon CE, et je me suis mis à organiser des sorties (les reconnaissances, ça permet de se prendre une quinzaine de clous dans les 2 pneus, comme aux étangs de Commelles près de Chantilly, C*****d de garde-pèche), et bien sûr à découvrir notre beau pays (les autres aussi) à l'occasion du raid d'une semaine que nous organisons chaque année. C'est au cours d'une de ces semaines, pendant la traversée du Jura, en particulier vers Métabief que je me suis rendu compte que la suspension apportait beaucoup à notre pratique, surtout parce que je me suis fait pourrir en descente par un pote en super-V ...

Et qu'en ressort-il ?

Dès mon retour du Jura, je suis allé voir mon vélociste qui m'a prété pendant une matinée deux Sunn, un Xchox 2 et un Revolt qui étaient à un prix équivalent (le Xchox 2 était en promo à 7500 francs, équipe XT, son prix était très inférieur à celui des GT et autres Cannondale qui m'avaient été aussi présentés) mais dont les qualités différaient bien évidemment; c'était un essai de confirmation pour l'achat du tout-suspendu; c'est clair que le Revolt était plus nerveux, plus léger mais je n'avais pas vraiment les jambes pour emmener un tel vélo ... par contre le Xchox 2 était beaucoup plus confortable et j'avais le sentiment de pouvoir vraiment rouler plus vite avec, et surtout plus longtemps. Le même jour, le Xchox 2 prenait place dans le couloir de mon appartement ...

Une liaison dangeureuse

Le changement de VTT a eu un effet rapide sur ma pratique, je me suis mis à rouler encore plus souvent, en particulier pendant les vacances; j'ai même participé à une course, pour voir ce que ça fait; mon résultat bien que médiocre dans l'absolu m'a satisfait (99ème sur 220 participants, je peux toujours dire qu'il y en avait plus derrière moi que devant) mais l'ambiance course ne me correspond pas trop (je ne suis pas du style à vouloir systématiquement jeter le mec qui est devant moi, sauf peut-être ceux en vélos jaunes ;-))))

Rupture !

C'est lors de la traversée des Vosges que nous entreprîmes l'année suivante que j'ai commencé à avoir des problèmes de fiabilité avec le Xchox. Les vis des biellettes de suspension se sont mises à se dévisser systématiquement, j'en ai même perdu une dans une descente ... Puis il y en a une qui a cassé lors du Défi 94 (une rando d'une centaine de kilomètres). J'ai quand même terminé la rando, avec la suspension vissée que d'un côté, car je savais déjà que mon cadre allait être échangé contre le nouveau modèle en Alu (et ça a tenu :-).

La poursuite du Graal

Le modèle alu s'est fait attendre longtemps (plus de 3 mois), donc il fallait bien que je roule avec autre chose; mon vélociste m'a donc prété un GT LTS 2 (modèle 97, avec pas mal d'améliorations au niveau équipement) ou son Raven perso pour la plupart des randos; ça m'a permis d'attendre le nouveau cadre sans perdre patience; quand le cadre Xchox Alu est arrivé, il y avait pas mal de modifs nécessaires au niveau équipement par rapport au modèle acier : dérailleur avant, tige de selle, direction, et un problème pour adapter mon ancienne Mag21, qui avait un pivot plus petit; la solution la plus simple a été de mettre des bagues, mais j'ai du changer la potence car le pivot était trop court pour mon ancienne qui était relevée, d'où un changement dans la foulée de cintre pour un modèle relevé afin de ne pas me retrouver trop le nez dans le guidon (ouf j'y suis arrivé). J'ai eu du mal à m'accomoder à cette nouvelle position, et en plus j'ai trouvé le modèle alu plus lourd que l'ancien, et quand les problèmes de vis qui ne tiennent pas sont réapparus (au niveau de la base du bras oscillant cette fois ci), j'ai un peu craqué (Sunn apparemment a trouvé la solution à ce problème, mais j'avais un peu perdu confiance); Il y avait un superbe Raven 2000 en vitrine chez mon vélociste, ce fut rapidement ma nouvelle monture.

Le plaisir à l'état pur

Que dire du Raven sinon que c'est le plus beau et les plus efficace des VTT ? Je peux ajouter qu'en plus il est fiable (pas de vis qui s'envolent en chemin), qu'il fait perdre du poids (il devrait être remboursé par la sécurité sociale, j'ai perdu 8 kgs depuis que je le chevauche, à ajouter aux 2 ou 3 gagnés par rapport au Sunn, ça commence à avoir un impact dans les côtes :-), et qu'il donne envie de rouler toujours plus.

Et maintenant ?

Le prochain ? j'ai ma petite idée sur le cahier des charges, ce sera bien sûr un tout-suspendu léger (il faut bien monter pour pouvoir dévaler avec plaisir), équipé de freins à disque (comme ça plus de jantes à changer, freinage toujours tip-top). Les essais commenceront bientôt, pas beaucoup de candidats retenus pour l'instant, certainement entre un Raven (le favori) et un Specialized ...

Evolution ...

Ben le prochain maintenant je l'ai, l'évolution de ma vie a fait que Sylvie s'est approprié le corbac, au début pour des raisons de confort (après une fracture du bassin difficile de lui demander de rouler sur son rigide), et ensuite parce qu'elle y a pris goût ! Donc j'ai du me rendre de toute urgence à la caverne pour acquérir une nouvelle monture; justement Cannon venait de sortir le Raven II, donc j'en ai commandé un ! comme je voulais avec disques et que j'apprécie plus les descentes que les montées, j'ai pris le modèle avec lefty; j'ai du patienté longtemps pour rouler sur ce spad et j'ai me contenter d'un GT XCR pendant l'été 99, pour mes vacances et pour la Forestière. Aujourd'hui je commence seulement à rouler avec, le comportement est différent par rapport au premier corbac (plus de débattement) donc je n'ai pas encore retrouvé toutes mes sensations, mais ca viendra ...

Un petit cadeau ?

Si vous allez lu ce texte jusqu'à ce paragraphe, vous méritez vraiment un petit cadeau; je vous propose donc de visualiser une de mes gamelles, un PDG (Par Dessus le Guidon, OTB pour ceux qui connaissent et pratiquent ce genre de perversion) des familles, filmé lors de notre raid en Montagne Ardéchoise de 1994.

Vous pouvez soit consulter une version courte de la vidéo au format AVI :

ou charger la séquence au format RealVideo en cliquant sur l'image suivante :

© 1997 © 2002 Les Frappadingues